Menu

Musée de l'Eau à Pont en Royans

Expo Himalaya

EXPOSITION

de mai 2013 à avril 2014

 

L'eau, trésor de l'Himalaya

 

Le mot Himalaya vient du Sanskrit et signifie « demeure des neiges ». Cet ensemble de chaines de montagnes s’étire sur plus de 2 400 km de long et 250 à 400 km de large. Il s’inscrit dans une aire d’environ 600 000 km2 répartis entre le Bhoutan, la Chine (avec le plateau tibétain), l’Inde, le Népal et le Pakistan. C’est là que se dressent les plus hautes montagnes du monde, dont le mont le plus haut de tous, l’Everest (8 848 m).

 

Malgré la proximité des tropiques, on y trouve un très grand nombre de glaciers qui alimentent de nombreuses rivières. Celles-ci finissent par former trois des plus grands fleuves d’Asie : l’Indus, le Gange et le Brahmapoutre. En ajoutant l’eau de pluie à celle issue des glaciers, on estime que chaque année plus de 8 500 000 m3 d’eau douce s’écoulent de l’Himalaya vers les plaines indiennes. Cette eau assure la survie de plus d’un milliard d’êtres humains. C’est la raison pour laquelle on qualifie souvent l’Himalaya de « château d’eau de l’Asie ».

 

L’eau est abondante partout dans l’Himalaya. Cependant, en raison de l’extrême variété climatique qui caractérise la région, sa présence prend des formes différentes en haute montagne, en moyenne montagne ou dans le piedmont himalayen. Cette diversité a une influence déterminante dans la variété des paysages comme sur les modes de vie qui sont particulièrement dépendants des conditions climatiques. Elément essentiel dans la vie de tous, l’eau peut parfois être un facteur de division supplémentaire. Pourtant, au sein de la véritable mosaïque de populations qui peuple l’Himalaya, la place centrale qu’elle occupe dans la vie quotidienne de chacun et la vénération que tous lui accorde, font certainement de l’eau l’un des liants les plus puissants entre les habitants de l’Himalaya.

 

 

Un trésor menacé ?

 

Par les contrastes qui caractérisent cette région du monde, l’Himalaya révèle l’influence déterminante de l’eau dans tous les domaines. Elle est à l’origine de la diversité exceptionnelle des paysages et, plus qu’ailleurs, elle régie la vie des hommes en fonction des formes qu’elle revêt. Si cette importance capitale la place au cœur des principales tensions qui affectent la région, c’est également elle qui rapproche les hommes par la valeur sacrée que tous lui accordent.

 

Pourtant, l’équilibre fragile qui régie l’Himalaya est toujours plus remis en cause par les changements qui affectent la région. D’un côté, la croissance démographique, l’urbanisation, et avec elles l’apparition de nouveaux besoins et l’aggravation des pollutions, ont renforcé la pression des hommes sur leur milieu naturel et en particulier sur l’eau. D’un autre côté, l’inquiétude grandit quant aux conséquences du changement climatique en Himalaya. Si l’absence d’études à l’échelle de la région et sur le long terme empêchent pour l’heure de poser un diagnostique définitif, la tendance au recul des glaciers semble se dessiner. Si la situation se confirme, cela signifiera à termes une réduction de l’eau disponible en aval. Dès à présent le changement climatique a pour conséquence d’accentuer le cycle des précipitations. Les moussons, toujours plus prononcées, créent des crues toujours plus importantes et dévastatrices tandis que la sécheresse s’accentue en période sèche.

 

L’augmentation des besoins en eau et, en parallèle, une baisse des quantités d’eau disponible pourraient entraîner des conséquences particulièrement dramatiques pour les populations. Par son exemple emblématique l’Himalaya rappelle ainsi que l’eau est la principale ressource essentielle à la vie et que tous les moyens doivent être mis en œuvre pour la préserver. Car, si l’eau est le trésor de l’Himalaya, elle est également un trésor pour nous tous.

 


 

eau de parisCette exposition a été conçue par Eau de Paris en partenariat avec l’Association pour le rapprochement des peuples et des cultures (ARPEC).
Commissariat d’exposition : Amandine Mathis Assistance : Anne-Lise Paillet, Lucile Lignon
Commissariat scientifique : Serge Verliat, géographe et anthropologue Photographies : Jean-Philippe 
Scénographie et graphisme de l'expo originale : Agence Point de fuite 
Scénographie de l'expo originale : Frédéric Chauvaux

 

 

affiche expo himalaya

Les auteurs

Serge VERLIAT, initiateur
Professeur de géographie en activité au Tampon, Île de La Réunion. Auteur de nombreux travaux de recherche sur l'Himalaya depuis 1980 pour lesquels il a obtenu un Doctorat de géographie et un D.E.A. en anthropologie. Parle couramment le nepali. Prix en photographie et video, domaine dans lequel il a réalisé plusieurs documentaires, dont trois videogrammes qui accompagnaient sa dernière réalisation en 2004, l'exposition «Himalaya, terre des hommes et des dieux» accompagnée d'un livret destiné aux enseignants et élèves. A donné plusieurs conférences sur le sujet, entre autres à l'Université de La Réunion.

 

Jean PHILIPPE, photographe
Matériel argentique de prise vue, HASSELBLAD pour le 6x6 et LEICA pour le 24x36. A exposé 80 tirages argentiques N&B au Musée de l'Homme à Paris de mai à août 1995 dans le cadre de l'exposition «La Réunion : deux regards». Auteur de deux ouvrages en quadrichromie spécialisés sur le Cirque de Mafate, Île de La Réunion, financés par le Département, la Région Réunion et la DRAC. A réalisé différents travaux en N&B, calendriers, portfolios et cartes postales artistiques. A également illustré de ses photographies d'éruption le livre «La Fournaise, volcan de La Réunion»

 
Hôtel du Musée de l'eau
BP15- Place du Breuil
38680 Pont-en-Royans
Tél : 04 76 36 15 53
Fax : 04 76 36 97 32
A proximité, visitez aussi le Couvent des Carmes, à Beauvoir-en-Royans